mercredi 20 mars 2019

Enfin le motoculteur à Essil

22/06/2018

Cher(e)s Ami(e)s,
La saison des pluies approche et il est temps de vous donner des nouvelles de notre projet en Casamance.
Comme vous le savez la récolte de riz 2017 a été décevante. Les trois familles d’Essil y ont mis toute leur énergie avec mais le retard pris au labour a tout décalé et le riz n’est pas arrivé à maturité par manque d’eau en fin de saison.
Cette année, grâce à vos participations, les agriculteurs vont disposer du motoculteur avec ses charrues à disque et d’autres petits matériels qui vont leur permettre de travailler dans de meilleures conditions et d’obtenir des récoltes satisfaisantes.
Je me suis rendu au Sénégal du 15 au 24 mars pour négocier le motoculteur et ses accessoires et étudier sur place les conditions de la prochaine campagne rizicole.
J’ai beaucoup échangé avec les membres des trois familles engagées dans le projet. Ils ont constitué un GIE et se sont partagé les responsabilités. Aristide,Président, Angèle, vice-présidente, Anna, trésorière, Gaétan, Commissaire aux comptes et responsable du matériel, Delphine, responsable des cultures( pépinières) et du groupe des femmes, Jean-Baptiste responsable des travaux ( préparation des terres),
Gaétan, Delphine et Emilie
 J’ai aussi rencontré Elisabeth, la conseillère agricole, qui prend son travail très à coeur. Nous nous sommes rendu sur la parcelle et avec les associés, nous avons fait le point sur les travaux à effectuer avant les pluies qui sont attendues pour la fin du mois.
Depuis mon retour, le matériel a été livré au village et le mécanicien qui a fait la mise en route a montré aux agriculteurs comment les utiliser. Nous attendons toujours des photos promises par Aristide mais il a des problèmes avec son smartphone actuellement..

Angèle, Aristide, Elisabeth et Jean-Baptiste
 C’est donc le motoculteur de 17 chevaux avec ses charrues à disque, sa remorque ainsi que deux faux à moteurs qui ont été achetés pour un montant de 3960 euros. Un rouleau et une niveleuse ont été commandés à un menuisier métallique de Ziguinchor. Ce sont des outils introuvables au Sénégal mais nécessaires pour préparer le terrain avant le repiquage. Aristide qui a un bon coup de crayon a dessiné des plans sommaires pour montrer au soudeur ce que nous voulons. Les matériaux pour construire le rouleau coûtent 320 euros. La niveleuse qui est essentiellement en bois devrait coûter moins cher.
La niveleuse, dessin par Aristide
Parmis les problèmes que nos amis ont rencontré lors de la saison 2017, il y avait la divagation des bovins qui ont mangé une partie de la récolte. Après discussion avec les agriculteurs et la conseillère, nous avons donc pensé à une clôture électrique qui serait plus vite posée et pour un coût raisonnable.

Actuellement, c’est la fin de la saison sèche en Casamance. Les agriculteurs ont souvent une activité secondaire pour ramener un peu d’argent pour les besoins de la famille. Gaétan fait de la maçonnerie. Il a travaillé pour la commune sur les ouvrages de la digue anti-sel qui protège les rizières du village. Aristide s’est procuré un tricycle motorisé pour faire des petits transports entre les villages. Jean-Baptiste est pécheur mais depuis quelques mois, il est fatigué. Il souffre de diabète qu’il soignait avec la médecine traditionnelle jusqu’à présent or son état s’est dégradé et finalement sur mon insistance, il a été hospitalisé quelques jours.
La maladie de Jean-Baptiste a perturbé le projet car c’est lui qui devait utiliser le motoculteur et sa remorque pour faire aussi des transports. L’important c’est qu’il soit rétabli pour participer aux travaux des champs.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire